Back to top

Télétravail : vers un exode des Franciliens ?

Avant même la crise sanitaire près d’un Francilien sur deux déclarait qu’il souhaitait, dans l’idéal, déménager pour quitter la région. Alors qu’au plus fort de la crise sanitaire, près de 60% des actifs franciliens ont pu télétravailler et qu’ils sont encore 42% à le faire régulièrement aujourd’hui, le Forum Vies Mobiles a voulu savoir si ce développement massif du travail à distance a permis à ceux qui le souhaitaient de quitter la région et s’il pouvait encourager une vague de déménagements dans les prochaines années.

Ne pas dépasser la ligne !

L’actualité de l’année 2015 a mis sous tension nos systèmes de mobilité. L’espace européen fondé en partie sur l’idéal de la libre circulation et en son sein l’espace Schengen, sont soudain apparus fragiles face à la délicate gestion des réfugiés, dans un contexte d’état d’urgence post-attentats les nouvelles lois sur la sécurité dans les transports posent un vrai défi aux opérateurs de transport et les engagements de la COP 21 ont soigneusement évité la – difficile – question du transport aérien quitte à rendre ses objectifs peu réalistes.

Marche à suivre

Juillet 2014 Le projet Marche à suivre est un travail de recherche-action mené par deux jeunes professionnels des métiers de l'espace et de ses usages : Stéphane Malek (urbaniste paysagiste) et Lucas Delafosse (paysagiste). Il s'agit d'une expérimentation portant sur l'articulation entre la marche à pied et les transports en commun dans l'agglomération bordelaise, mêlant enquête de terrain et intervention concrète.

Texel

16 novembre 2015 Le temps a remplacé la distance comme étalon des déplacements. Il est minuté avec une précision extrême et souvent vécu comme un « temps mort », plutôt que plein et apprécié de manière subjective. Présentée au public par le Forum Vies Mobiles, l’installation interactive Texel interpelle les voyageurs sur leur perception du temps. Elle a été conçue par deux jeunes artistes, Lyes Hammadouche et Ianis Lallemand, dans le cadre de leurs recherches doctorales menées dans le groupe Reflective Interaction d’EnsadLab (laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris), sous la direction de Samuel Bianchini.

Post Petroleum

6 novembre 2014 Dans ce livre-objet original, l’auteur démontre que le XXe siècle a créé l'illusion d'un futur qui aujourd'hui s'avère insoutenable, même à moyen terme. John Urry imagine les futurs possibles de nos mobilités après le pétrole et pose cette question : sans une prise de conscience politique, comment nos sociétés peuvent-elles entamer une transformation radicale pour réinventer leur rapport à l’énergie et au mouvement ?