Back to top

Mobilité

Par
Agathe Lefoulon (Cheffe de projets au Forum Vies Mobiles)
Forum Vies Mobiles (Professionnel-le)
21 Septembre 2020

Pour le Forum Vies Mobiles, la mobilité est entendue comme la façon dont les individus franchissent les distances pour déployer dans le temps et dans l’espace les activités qui composent leurs modes de vie. Ces pratiques de déplacements sont enchâssées dans des systèmes socio-techniques produits par des industries, des techniques de transport et de communication et des discours normatifs. Cela implique des impacts sociaux, environnementaux et spatiaux considérables, ainsi que des expériences de déplacements très diverses.


Définition courte

Pour le Forum Vies Mobiles, la mobilité est entendue comme la façon dont les individus franchissent les distances pour déployer dans le temps et dans l’espace les activités qui composent leurs modes de vie. Ces pratiques de déplacements sont enchâssées dans des systèmes socio-techniques produits par des industries, des techniques de transport et de communication et des discours normatifs. Cela implique des impacts sociaux, environnementaux et spatiaux considérables, ainsi que des expériences de déplacements très diverses.

Mobilité et déplacements

La mobilité regroupe l’ensemble des pratiques de déplacement physique d’un individu ou d’un groupe. Ces déplacements sont caractérisés par :

  • leur quantité : les distances parcourues et les temps passés à se déplacer ;
  • leur régularité : le nombre de déplacements réalisés ;
  • le mode de transport utilisé (marche à pied, vélo, voiture, train, avion,…) ;
  • le motif (courses, santé, travail, accompagnement, départ en vacances,…).

Ces caractéristiques des déplacements sont inter-dépendantes. Par exemple, selon le mode de transport choisi, le déplacement s’effectue plus ou moins rapidement, et le temps passé à se déplacer est donc plus ou moins long. Autre exemple : la régularité d’un déplacement dépend de son motif – les courses alimentaires sont plus récurrentes que les départs en vacances. Enfin, l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) peut participer à la transformation de ces déplacements en les facilitant (applications pour se repérer ou suivre un itinéraire), en s’y substituant (télétravail, visiocommunication) ou en s’y associant (échange de mails ou de textos lors d’un déplacement en train).

Mobilité et modes de vies

Le Forum Vies Mobiles s’intéresse aux déplacements en ce qu’ils structurent les modes de vie. Ces déplacements peuvent être :

  • quotidiens : travail, courses, santé, accompagnement, sport, loisirs, balade, etc. ;
  • moins fréquents : voyages, mobilité professionnelle, etc. ;
  • exceptionnels : déménagements, migration, etc.

C’est la place des déplacements dans le mode de vie des individus qui fait qu’une personne est plus ou moins mobile, et a un rythme de vie plus ou moins soutenu.

Le mode de vie d’un individu, et les pratiques de déplacement associées, se construit en interdépendance avec celui des personnes qu’il côtoie. La mobilité de ces derniers (parents, compagnon/compagne, enfants, amis, voisins,…) influe sur sa propre mobilité. On sait par exemple que certains « grands mobiles » du travail 1 ne peuvent l’être que parce qu’ils ont des proches qui sont relativement immobiles et s’occupent du domicile, du jardin, des enfants, etc.

Mobilité et parcours de vie

La mobilité occupe une place différente dans le mode de vie d’une personne ou d’un groupe :

  • Selon ses caractéristiques socio-économiques : âge, genre, niveau de diplôme, niveau de revenu,… Un jeune adolescent défavorisé n’a pas les mêmes pratiques de déplacement qu’un quarantenaire cadre supérieur. On sait par exemple que les plus riches et les plus diplômés se déplacent plus vite (64km/h pour la tranche la plus élevée) que les autres (40km/h pour la tranche la moins élevée) 2.
  • Selon le territoire dans lequel elle vit : paysage, dynamique territoriale, aménités, densité urbaine et de bâti. La mobilité des habitants d’une grande métropole comme Paris n’a rien à voir avec la mobilité des habitants d’une vallée isolée dans les Vosges. On sait par exemple que c’est dans les unités urbaines comprises entre 10 000 et 50 000 habitants que les temps de déplacement sont les plus courts : 9h20 par semaine contre 12h45 à Paris intra-muros 3.
  • Selon la capacité physique (âge, handicap temporaire ou permanent).

Les pratiques de déplacement sont amenées à évoluer au cours de la vie : déménagement, arrivée d’un enfant, divorce, emménagement avec un parent/partenaire/colocataire, changement d’emploi, etc.

Des impacts environnementaux et sociaux

La mobilité est une immense source de liberté lorsqu’elle est choisie : pouvoir se déplacer pour aller voir ses amis, sa famille, se rendre à ses différents loisirs, ou encore partir en vacances. Mais elle est également une source de contraintes énormes lorsqu’elle est subie, avec des conséquences multiples sur nos vies :

  • Impacts sociaux : les déplacements, d’autant plus lorsqu’ils sont contraints, fréquents et longs, sont source de fatigue et de stress. Chez les « grands mobiles », les taux de divorce sont par exemple plus élevés que la moyenne 4. L’accès à la mobilité est également source d’inégalités sociales : le déplacement contemporain impose notamment l’acquisition de compétences (permis de conduire, capacité à utiliser divers modes de transport, capacité à utiliser internet, maîtrise de langues étrangères…) et d’avoir accès à certaines ressources (possession d’un véhicule, possibilité de vivre à proximité de réseaux et d’infrastructures de transport…).
  • Impacts environnementaux : la mobilité contemporaine dépend à 95% du pétrole, et repose sur un système socio-technique complexe : des industries (pétrolière et automobile), des grandes infrastructures de transport (autoroutes, aéroports) et d’approvisionnement en énergie, des ressources naturelles (pétrole), etc. Elle participe ainsi à des problèmes environnementaux majeurs comme la pollution de l’air locale et le réchauffement climatique. Elle est également source de pollution sonore (circulation automobile, train, avion) et visuelle (infrastructures).
  • Impacts spatiaux : les mobilités contemporaines (caractérisées par le fait de se déplacer plus souvent, plus vite et plus loin) ont transformé le rapport qu’entretiennent les individus à l‘espace. La vitesse des transports 5 a permis l’épanouissement de nouveaux modes de vie, qui s’appuient sur la réversibilité des déplacements – c’est-à-dire la possibilité d’effectuer rapidement des allers-retours sur de longues distances, et donc de relier quotidiennement des territoires qui ne pouvaient l’être auparavant. Avec l’augmentation de la vitesse des transports, ce n’est pas le temps passé à se déplacer qui diminue, mais les distances parcourues qui augmentent. Cela vient ainsi bouleverser les configurations territoriales traditionnelles : concentration urbaine, développement des mégalopoles, étalement urbain, périurbanisation et rurbanisation des campagnes, isolement de certains territoires.

L’expérience du déplacement

La mobilité peut ainsi être définie comme un ensemble de déplacements physiques : un rapport à l’espace, dans le temps, qu’il s’agit de réduire au minimum (temps passé à se déplacer et distances parcourues) notamment pour des raisons de pénibilité ou des raisons environnementales.

Mais à ces déplacements physiques sont également associées les expériences que l’on en fait : la manière dont ces déplacements sont vécus (comme une contrainte, une souffrance, un plaisir, un moment pour soi…).

On prend alors en compte le ressenti, la satisfaction qu’on en tire : par exemple, se balader, se déplacer en vélo ou à pied plutôt qu’en voiture ou en métro pour ressentir le vent sur son visage, faire de l’exercice physique, moins polluer, ou encore rallonger son trajet pour passer par tel ou tel quartier. Le déplacement devient parfois une activité à part entière : le plaisir de déambuler dans un espace public partagé, un voyage en train qui permet de traverser de beaux paysages, le plaisir de l’expérience de conduite, etc. Le déplacement peut également être vécu comme une coupure, qui permet de séparer vie professionnelle et vie familiale, ou encore comme un moment pour soi, une bulle de tranquillité : travailler dans le train sans être interrompu, écouter de la musique dans sa voiture.

L’objectif n’est alors pas forcément la réduction du temps des trajets ou des distances parcourues, mais un gain de qualité de vie.

Mobilité et représentations

À nos déplacements sont associées des représentations ou significations particulières.

En se chargeant d’une valeur positive (il est bien vu de partir loin en vacances, de déménager pour se dépayser, de faire ses études à l’étranger, de se déplacer régulièrement pour le travail), la mobilité est devenue une valeur en soi. Le discours qui incite à bouger est omniprésent. Bouger est devenu une nécessité, une injonction permanente : pour trouver un emploi par exemple, même si cela implique de déménager ou des temps de trajet à rallonge.

La mobilité est également codée socialement : alors que les déplacements de certains sont particulièrement valorisés (jet set, occidentaux, touristes,…), d’autres ne bénéficient pas de la même reconnaissance (la femme qui passe ses journées à accompagner ses enfants à leurs activités, à faire des courses ou à rendre visite à des parents dépendants). D’autres encore suscitent la méfiance et sont perçus comme dangereux (migrants, nomades). Suivant que l’on est diplômé ou non, une femme ou un homme, une personne blanche ou de couleur, nos déplacements ne sont pas vus et vécus de la même manière.

Notes

1  Les grands mobiles du travail sont des personnes s’absentant régulièrement de leur domicile pour motif professionnel (60 nuits par an ou plus passées ailleurs qu’au domicile :voyages fréquents, bi-résidence ou travailleurs saisonniers), des pendulaires de longue durée (trajet domicile-travail de plus d'une heure aller), ou encore des personnes ayant une relation de couple à distance (les deux partenaires ont deux lieux de résidence propres pour des raisons professionnelles, au minimum 50 km entre les deux logements). https://fr.forumviesmobiles.org/video/2014/02/18/grands-mobiles-ou-grands-sedentaires-2175

2  Source : Enquête nationale mobilité et modes de vie du Forum Vies Mobiles https://fr.forumviesmobiles.org/projet/2019/01/07/enquete-nationale-mobilite-et-modes-vie-12796

3  Source : Enquête nationale mobilité et modes de vie du Forum Vies Mobiles https://fr.forumviesmobiles.org/projet/2019/01/07/enquete-nationale-mobilite-et-modes-vie-12796

4  Source : https://fr.forumviesmobiles.org/projet/2014/02/14/jobmob-2165

5  Source : https://fr.forumviesmobiles.org/reperes/vitesse-des-deplacements-12976

Déplacement

Le déplacement est un franchissement de l’espace par les personnes, les objets, les capitaux, les idées et autres informations. Soit il est orienté, et se déroule alors entre une origine et une ou plusieurs destinations, soit il s’apparente à une pérégrination sans véritable origine ou destination.

En savoir plus x

Télétravail

Exercice d’une activité professionnelle salariée à distance de l’entreprise au moyen d’outils de télécommunication, à domicile ou en télécentre.

En savoir plus x

Mode de vie

Un mode de vie est une composition - dans le temps et l’espace - des activités et expériences quotidiennes qui donnent sens et forme à la vie d’une personne ou d’un groupe.

En savoir plus x

Mobilité

Pour le Forum Vies Mobiles, la mobilité est entendue comme la façon dont les individus franchissent les distances pour déployer dans le temps et dans l’espace les activités qui composent leurs modes de vie. Ces pratiques de déplacements sont enchâssées dans des systèmes socio-techniques produits par des industries, des techniques de transport et de communication et des discours normatifs. Cela implique des impacts sociaux, environnementaux et spatiaux considérables, ainsi que des expériences de déplacements très diverses.

En savoir plus x


Thématiques associées :

Théories



Agathe Lefoulon

Cheffe de projets au Forum Vies Mobiles

Agathe Lefoulon est diplômée du master combiné professionnel – recherche en urbanisme et aménagement de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle est chargée du pilotage de projets de recherche en sciences humaines et sociales et de l’organisation d’évènements au Forum Vies Mobiles.


Forum Vies Mobiles

Professionnel-le

Compte officiel de l'équipe du Forum Vies Mobiles



Pour citer cette publication :

Agathe Lefoulon et Forum Vies Mobiles (21 Septembre 2020), « Mobilité », Préparer la transition mobilitaire. Consulté le 22 Mai 2022, URL: https://forumviesmobiles.org/dictionnaire/446/mobilite


Licence Creative Commons
Les Dictionnaire du Forum Vies Mobiles sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 France.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues en nous contactant via ce formulaire de contact.


Autres publications