Back to top

Comprendre les comportements des touristes hypermobiles

Recherches en cours
Début: Janvier 2020
Fin: Juin 2021

Depuis quelques décennies, le tourisme est un secteur essentiel de l’économie mondiale et s’est imposé dans nos modes de vie. Pour autant, l’explosion des déplacements touristiques pose question au regard des enjeux environnementaux actuels. Partant du constat que 5 % des Français contribuaient à eux seuls, en 2006, à 50 % des émissions de gaz à effets de serre dues aux déplacements touristiques, le Forum Vies Mobiles a souhaité explorer les modes de vie des touristes hypermobiles. Qui sont-ils ? Quel est l’impact environnemental de leur mobilité ? Dans quelle mesure et à quelles conditions seraient-ils prêts à faire évoluer leurs pratiques pour en réduire l’empreinte carbone ?

Acteurs de la recherche

 

Contact : Anne Fuzier

La problématique

La recherche articule des méthodologies qualitative et quantitative pour chercher à mieux comprendre qui sont les touristes hypermobiles, quel est l’impact carbone de leur mode de vie et quels pourraient être les leviers d’action pour favoriser la transition vers des modes de vie à la fois durables et désirables. Plusieurs hypothèses sont formulées pour guider la recherche. Premièrement, l’hypermobilité touristique pose des problèmes en termes de durabilité. Du point de vue environnemental, les modes de vie des touristes hypermobiles sont responsables d’une grande partie des émissions de gaz à effet de serre 1, avec des différences en fonction du degré d’hypermobilité, du choix des modes de transport, etc. L’analyse quantitative doit permettre d’identifier les hypermobiles dont les comportements sont problématiques. Cela soulève des enjeux d’inégalités sociales dans la mesure où une minorité de la population est présumée responsable de la majeure partie de la pollution de la planète. Or, cette minorité de la population est constituée de personnes disposant de hauts revenus, ce qui accentue les questions d’inégalités sociales. La seconde hypothèse formulée est que différents facteurs interviennent de manière croisée pour expliquer l’hypermobilité touristique, notamment :

  • Les variables sociologiques classiques (revenus, situation professionnelle, situation familiale, etc.).
  • Une hypermobilité professionnelle qui peut générer soit un désir de voyager pour le loisir, soit, lorsqu’elle est vécue comme une contrainte, un désir de moins voyager et un repli sur la résidence secondaire.
  • La dispersion des individus liée à la mondialisation, qui induit le désir de maintenir des liens familiaux et amicaux.
  • La valorisation sociale de la mobilité et notamment de la mobilité aérienne.
  • Les représentations d’une hiérarchie de l’efficacité des modes de transports, qui tendent à privilégier l’avion.
  • Le couple valorisation sociale/praticité : le choix de la destination est influencé par ce qui est socialement valorisé (des séjours hivernaux sous les tropiques, par exemple). Or, du point de vue pratique, atteindre une destination lointaine autrement qu’en avion est compliqué.

Le déroulement de la recherche

Phase quantitative

La recherche s’appuiera sur une première phase quantitative réalisée à partir des données issues notamment de l’enquête Suivi de la Demande Touristique (SDT), menée par Kantar TNS.

Un premier enjeu est de définir l’hypermobilité touristique : à partir de quand peut-on être considéré comme un touriste hypermobile ? Le premier critère est celui de la finalité du déplacement : un touriste est un individu dont la mobilité a pour finalité sa recréation. Les mobilités liées à d’autres motifs, notamment les mobilités professionnelles, ne sont prises en compte que de manière secondaire et en tant qu’elles peuvent participer à expliquer l’hypermobilité touristique. Pour appréhender l’hypermobilité, plusieurs critères peuvent intervenir : la distance annuelle parcourue, le nombre de voyages ou encore leur durée. L’équipe de recherche proposera une définition de l’hypermobilité touristique à partir d’une revue de la littérature et d’une analyse des données du SDT.

Sur la base de ces critères, les chercheurs mèneront une analyse statistique des données afin d’appréhender le profil des touristes hypermobiles, de saisir des éléments de leur mode de vie et de caractériser finement leurs pratiques de mobilité. Cela mènera à une typologie des touristes hypermobiles.

Il s’agira également de mesurer précisément les impacts environnementaux liés à l’hypermobilité touristique et d’identifier les modes de vie mobiles les plus consommateurs. Ces impacts sont liés à différents facteurs, dont le plus évident le mode de transport utilisé, l’avion apparaissant de loin comme le mode de transport le plus polluant. La question de la distance parcourue, en lien avec le mode de transport utilisé, est également fondamentale pour mesurer les impacts de la mobilité. Le nombre de voyages sera également intéressant à étudier pour mieux caractériser les modes de vie des touristes hypermobiles.

Phase qualitative

Une phase qualitative se déroulera dans un second temps à partir d’entretiens semi-directifs menés avec des touristes hypermobiles. Il s’agira de mieux appréhender la manière dont l’hypermobilité s’inscrit dans leur mode de vie et les aspirations auxquelles elle répond, et d’identifier des leviers d’action pour favoriser la transition vers des modes de vie qui soient plus soutenables, tout en répondant si possible aux aspirations des personnes.

Notes

1  DEEE, Déplacements touristiques des Français : hyper concentration des comportements les plus émetteurs de gaz à effet de serre , Hors série 11, Février 2008.

Mode de vie

Un mode de vie est une composition - dans le temps et l’espace - des activités et expériences quotidiennes qui donnent sens et forme à la vie d’une personne ou d’un groupe.

En savoir plus x

Transition

Les recherches sur la transition s'intéressent aux processus de modification radicale et structurelle, engagés sur le long terme, qui aboutissent à une plus grande durabilité de la production et de la consommation. Ces recherches impliquent différentes approches conceptuelles et de nombreux participants issus d'une grande variété de disciplines.

En savoir plus x

Mobilité

Pour le Forum Vies Mobiles, la mobilité est entendue comme la façon dont les individus franchissent les distances pour déployer dans le temps et dans l’espace les activités qui composent leurs modes de vie. Ces pratiques de déplacements sont enchâssées dans des systèmes socio-techniques produits par des industries, des techniques de transport et de communication et des discours normatifs. Cela implique des impacts sociaux, environnementaux et spatiaux considérables, ainsi que des expériences de déplacements très diverses.

En savoir plus x

Déplacement

Le déplacement est un franchissement de l’espace par les personnes, les objets, les capitaux, les idées et autres informations. Soit il est orienté, et se déroule alors entre une origine et une ou plusieurs destinations, soit il s’apparente à une pérégrination sans véritable origine ou destination.

En savoir plus x